Manifs

 

AU-DELÀ DES CONVICTIONS

Des hommes et des femmes

Les manifestations contre « la loi travail et son monde » de 2016 ont révélé différentes problématiques nouvelles notamment dans le monde de l’image.

L’une d’entre elles est la nécessité de se masquer devant la multiplication des outils de captation de l’image: d’un côté, la CIOP (Cellule Image Ordre Public) composée de gendarmes équipés de moyens d’enregistrement vidéo au sein de chaque escadron de gendarmerie et de l’autre, les smartphones personnels. Il faut rajouter à cela différents moyens de diffusion tel que Périscope, Facebook et autres réseaux sociaux.

Le phénomène de dissimulation du visage est amplifié par la violence des lacrymogènes qui oblige les manifestants, les professionnels de l’image et les services de police à protéger leurs yeux et leurs voies respiratoires.

L’image peut servir à emprisonner mais aussi à protéger…L’image est une arme!

 

Anonyme 1

 

Anonyme 2

 

Anonyme 3

 

Anonyme 4

 

Anonyme 5

 

Anonyme 6

 

Anonyme 7

 

Anonyme 8

 

Anonyme 9

 

Anonyme 10

 

Anonyme 11

 

Anonyme 12

 

Anonyme 13

 

Anonyme 14

 

Anonyme 15

 

Anonyme 16

 

Anonyme 17

 

Anonyme 18

Nantes et Rennes 2016

 

 Merci à tous ceux qui ont bien voulu être photographiés : merci à toi l’étudiant, merci à toi le gendarme, merci à toi le gauchiste, merci à toi le policier, merci à toi l’ ACAB, merci à toi le baqueux, merci à toi le zadiste, merci à toi le CRS, merci à toi l’anarchiste,merci à toi le reporter…

 

La CIOP filmant les manifestants

 

                                                                                                     Jeune manifestante jouant à 1 2 3 soleil protégée par son smartphone

                                                                                                                 (si elle se trouve sur Périscope en direct, son bouclier virtuel est optimisé)

 

 

Un policier municipal, un policier national, un gendarme, un CRS,

aucun de ces fonctionnaires ou militaires ne peut s’opposer à l’enregistrement

ni à la diffusion d’images ou de sons.

Les forces de l’ordre ne bénéficient d’aucune protection particulière en matière de droit à l’image, sauf si elles sont affectées dans des services d’intervention (Raid, GIGN, GIPN, BRI, sécurité du Président…), à la lutte anti-terroriste ou au contre-espionnage, en vertu de l’arrêté du 27 juin 2008 relatif au respect de l’anonymat de certains fonctionnaires de police.

 

 

 

 

 

 

 

La vidéo : l’arme contre toutes formes de violence

 

 

YSEL

 

Retour à l’accueil

 

Retour en haut de page

 

Tous droits réservés – YSEL FOURNET